x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

Orientations générales

 

RETOUR



 

Le CE n’est pas une institution figée. Ses orientations et ses déclinaisons font l’objet de modifications et d’actualisations régulières, notamment au travers des réunions du bureau qui analyse les propositions issues des commissions et de leur président.

Les enjeux du CE rejoignent des préoccupations générales et nécessitent un engagement particulier des acteurs qui le composent.

Comment résister à l’absorption des comités d’entreprise par le secteur marchand ? Comment travailler pour des projets collectifs et solidaires? Comment éviter que le CE soit perçu comme un avantage plutôt que comme un droit d’intervention ? Comment concevoir des formes de participation des cheminots pour ne pas en rester à la prestation de service ?
Le CE est géré par des élus sur la base d’un mandat syndical. A ce titre, il est porteur d’un projet de société et a une fonction sociale et économique qui va au delà de la simple consommation de bien. Ces missions sont clairement exprimées par la loi dans le code du travail.

En permanence, il est fait la distinction entre la demande des cheminots, les besoins des cheminots et le projet social et spécifique du CE.

Les comités d’entreprises participent à l’action générale menée par les organismes de l’économie sociale.
Les débats autour d’actes de redistribution nécessitent de rappeler en permanence les valeurs présentes au sein des mouvements de l’économie sociale. La priorité de ce secteur est la création d’un lien social durable. En phase avec cette priorité, l’objet d’un CE n’est pas de redistribuer ses moyens.

Le CE a pour objet d'assurer une expression collective des salariés, permettant la prise en compte permanente de leurs intérêts dans les décisions relatives à la gestion et à l'évolution économique et financière de l'entreprise, à l'organisation du travail, à la formation professionnelle et aux techniques de production.

Le CE appréhende les activités sociales, culturelles, sportives et de loisirs selon une conception globale et extensive. Cette dernière vise à favoriser l'appropriation des connaissances les plus larges, l'épanouissement et le développement des capacités humaines, c'est-à-dire des potentialités des femmes, des hommes et des enfants en faveur desquels il entend orienter sa gestion.

Le CE s'attache à supprimer les barrières artificielles entre activités sociales et interventions économiques.

Le Comité d’Etablissement des Cheminots Mobilités du Nord-Pas-de-Calais mène des activités sociales en direction des cheminots et de leur famille au titre d’ayants droit, des salariés du Comité d’Etablissement, des retraités. Les ayants droit sont répertoriés sur une liste adoptée par les CE et CCGPF de la SNCF.

Les buts poursuivis du Comité d’Etablissement :

  • Doter le CE de moyens d'investigation dans le domaine économique, de la formation, de l’égalité homme/femme, de l’accès aux handicapés, du logement, des conditions de travail, de la santé, de l’emploi, des salaires et de l’encadrement ;
  • Ancrer les initiatives et ses démarches sur le salarié lui-même, au sein de l'entreprise. Ce domaine est l’aspect spécifique de l’action d’un comité d’entreprise ;
  • Poursuivre et enrichir une pratique démocratique la plus large, la plus transparente possible dans le fonctionnement du CE ;
  • Réduire la fracture entre la vie et le travail en multipliant les points de rencontres et d'échanges, en luttant contre toutes les formes d'exclusion et en favorisant les participations des cheminots ;
  • Rendre acteur de ses activités le cheminot, ne plus "faire pour, mais faire avec", et "faire par les cheminots". C'est en cela que se détermine la proximité de l'activité ;
  • Prendre en compte la place et le rôle des retraités dans le cadre du lien actifs et retraités ;
  • Valoriser les pratiques et les activités les plus enrichissantes, dans les domaines des activités culturelles, physiques et de loisirs. Il s’agit de mettre à disposition du plus grand nombre, l’ensemble des outils d’accès à la culture et au savoir. Rien n’est réservé ;
  • Permettre l'égalité d'accès des cheminots aux activités du CCGPF et du CE en se basant sur la mutualisation des moyens ;
  • Agir en complémentarité et en coopération avec le CCGPF, les CE SNCF, les Comités d'Etablissement des autres entreprises et organismes équivalents (par convention) ;
  • Les élus du CE s’engagent à développer et à optimiser le patrimoine social des CE et du CCGPF et à exiger de la part de la SNCF des structures au cœur des lieux de travail.
  • Dans la mesure où la sécurité des locaux le permet, le Comité d’Etablissement rendra possible l’accès à l’ensemble du patrimoine à ses bénéficiaires.
  • Le CE recherchera des pistes de consommation de produits issus du commerce équitable, dans le respect des droits de l’homme, de la traçabilité et de la protection de l’environnement.
  • La convergence d’intérêt entre les cheminots et le personnel du CE trouvera sa traduction au travers de la réponse aux revendications communes.
  • Le Comité d’Etablissement est un lieu où il doit être possible de valoriser les potentialités humaines. Les relations sociales sont un atout majeur pour l’économie sociale si elle réussit à montrer sa différence avec l’entreprise libérale et fait la preuve, par l’action, que l’on peut concilier rigueur économique et politique sociale audacieuse.
  • Le Comité d’Etablissement, dans ses choix économiques, favorisera les entreprises respectant une éthique sociale et économique. Le réseau de l’économie sociale et solidaire sera contacté autant que possible.
  • La mondialisation ou globalisation économique engendre des exclusions et des inégalités insupportables. Le CE, porteur des valeurs de l’économie sociale et solidaire, s’engage à prioriser les entreprises qui respectent les salariés par des salaires et des conditions de travail décents. C’est pourquoi, nous avons la volonté de réduire sensiblement les achats de produits provenant de régions du monde où les droits des salariés sont régulièrement bafoués et/ou qui pourraient être fabriqués par des enfants.

 Haut de Page