x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

Coups de coeur des bibliothécaires

Les bibliothécaires du CE vous proposent, au cours de l'année, leurs coups de coeur littéraires pour le plaisir des plus petits...mais aussi des plus grands !

La Chambre des Merveilles

de Julien SANDREL, éditions Calmann Lévy

Thelma est une jeune femme, carriériste, qui a voué sa vie à son boulot, quitte à en délaisser son fils de douze ans, Thomas. Mais un jour, alors qu'elle est au téléphone avec son patron, Thomas va trop vite en skate et se fait renverser par un camion. Le choc : il est dans le coma et impossible de savoir s'il va se réveiller ou non. Thelma est dévastée. Elle démissionne de son boulot et ne souhaite désormais qu'une seule chose : que Thomas se réveille ! En rentrant chez eux, elle tombe sur le cahier des merveilles écrit par son fils : une liste de choses qu'il souhaite accomplir au cours de sa vie. C'est décidé, Thelma décide de réaliser chaque point de ce cahier pour lui montrer que la vie vaut la peine d'être vécue !

C'est une très belle histoire que nous offre ce premier roman de Julien Sandrel. L'histoire un peu compliquée entre une mère trop occupée par son boulot et un fils adolescent qui aimerait se livrer un peu plus à sa mère. Il leur faudra un drame, l'accident de Thomas, pour faire bouger les choses. Thelma va changer du tout au tout : elle passe d'une femme débordée à une véritable loque humaine juste après l'accident, puis elle se reprend en main pour son fils et grâce à lui, à travers ce fameux cahier des merveilles !

Ce roman se lit tout seul et on est embarqué dans l'histoire dès les premières pages. Difficile de le lâcher tellement on a envie de voir l'évolution du personnage de Thelma et également de savoir si Thomas va se réveiller ou non.

Bref, un très beau premier roman à découvrir ! Ne passez pas à côté !

d'Elise Deschamps, médiatrice culturelle à Dunkerque et Hazebrouck

 

Carry On

de Rainbow Rowell, éditions Pocket Jeunesse

Vous êtes fans d’Harry Potter, de Poudlard, d’Hermione et de Drago Malefoy ? Fort bien, nous sommes nombreux, croyez-moi. Mais imaginez alors un Harry plutôt trash, plaqué par sa petite copine dès la rentrée, obligé de supporter un colocataire qui n’est autre que son pire ennemi, et régulièrement « envahi » par sa meilleur amie, forcée d’abandonner sa propre chambre pour permettre à sa camarade de recevoir ses rendez-vous galants…

Ajoutez à cela que notre héros (Simon Snow pour vous servir), connu de tous comme étant l’Elu, le Sauveur désigné par la prophétie qui l’annonce comme le Mage Suprême, ne comprend pas pourquoi tout ceci le concerne et ne se sent pas, mais alors pas du tout à la hauteur de la tâche. Alors bien sûr, ces élèves sorciers s’affrontent et s’aiment à grand renfort de sorts farfelus, cruels, dangereux et l’on croise ici pléthore de professeurs étranges, charismatiques, drôles. Bien sûr on adore suivre leurs aventures, passionnantes, emplies de mystères, de suspens et d’énigmes palpitantes. Mais n’allez surtout pas croire qu’il s’agisse d’un remake des célèbres ouvrages de J.K.Rowling version campus américain.

Si l’hommage et les clins d’œil sont évidents et raviront les amateurs de fanfictions (genre littéraire d’ailleurs à l’origine de ce roman, voyez « Fangirl » du même auteur, disponible à la Bibliothèque), l’univers de Rainbow Rowell est très inventif et original, on plonge dans la vie de ces étudiants en partageant au passage leurs doutes, leurs peurs, leurs amours…on tremble, on rit, on s’émeut et c’est tout un éventail de sentiments habilement suscités qui se déploie grâce à Simon, Penny et Baz, héros attachants et complexes, très éloignés des histoires merveilleusement enfantines des premiers volets des aventures du jeune sorcier à la cicatrice.

C’est pourquoi je conseille « Carry On » aux jeunes lecteurs à partir de 15 ans…et aux grands lecteurs sans modération :D
Des recoins les plus obscurs de l’âme humaine aux éclats lumineux de l’amour et de l’amitié, ce roman extrêmement addictif explore une large palette parmi les couleurs de nos sentiments et se lit d’un coup….de baguette magique bien sûr !

de Ingrid Descamps-Degraeve, bibliothécaire à Somain

Gaspard et la Malédiction du Prince-Fantôme

d’Isabelle Dethan, éditions Delcourt – Louvre Editions

Prêts pour un formidable voyage dans l’Art et le Temps ? Suivez Gaspard, sympathique ado passionné d’égyptologie, à travers les salles et les mystères du Musée du Louvre où son oncle travaille. Si le Département égyptien et l’aile Sully n’ont plus de secrets pour lui, sa surprise est néanmoins de taille lorsqu’il rencontre une jolie demoiselle étrangement vêtue qui…passe à travers les vitrines et se « sert » parmi les objets exposés !

Gaspard fait ainsi la connaissance de la douce Ankhti, fille du scribe Rekhmirè, qui cherche à rejoindre l’au-delà, mais qui ne peut le faire sans avoir rassemblé ses objets funéraires, disséminés dans le musée. Avec l’aide de la très prétentieuse mais brillante déesse Bastet (incarnée dans le corps du chat Mint, hilarant !) et du débonnaire mais puissant Thot (en pigeon, si ! si ! ), Gaspard, qui est seul à voir tout ce petit monde, va aider sa nouvelle amie venue du fond des âges, et vivra avec ces compagnons pour le moins hors du commun, une aventure extraordinaire.

Car entre les murs de cet impressionnant musée (qu’Isabelle Dethan a la bonne idée de nous faire visiter en partie) se cachent d’autres entités bien moins sympathiques que nos héros, prêtes à semer la terreur et l’effroi depuis des millénaires, tapies dans les ombres de leurs représentations de pierre….

Entre énigmes et action, humour et magie pure, voilà une bande dessinée tout bonnement géniale, tant par ses superbes illustrations que par l’originalité de son scénario et sa galerie de personnages passionnés et courageux. Un périple entre passé et présent, entre le Louvre d’aujourd’hui et l’Egypte antique, au terme duquel une fin touchante et poétique attend le lecteur dès 10 ans.

Avec une mention spéciale au « Petit plus » tel que le nomme l’auteure elle-même, les dernières pages de l’album consacrées à des illustrations et documents captivants dédiés au Louvre et ses collections d’antiquités égyptiennes. Un régal pour les archéologues en herbe…et pour tous les aventuriers qui s’ignorent peut-être encore.

de Ingrid Descamps-Degraeve, bibliothécaire à Somain