x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

La Véritable Histoire de Buttercup Haut de page
image de l'article

Buttercup est un petit lutin doux et tendre, lointain cousin de Mary Poppins (hé oui, excusez du peu…), au métier tout ce qu’il y a de plus étrange et merveilleux : il est chasseur-collectionneur d’odeurs. Mais attention, vous ne trouverez chez Buttercup que des odeurs de grande qualité, des fragrances défiant toute concurrence, jugez plutôt : senteurs génératrices de grimaces en provenance directe de « pieds qui puent » et autres haleines lourdes résultant d’une longue nuit, remugles sournois ayant échappé à la vigilance des lessives et assouplissants ….Une sélection topissime dûment emprisonnée dans un filet très spécial et vendue à un célèbre fabricant de boules puantes. Mais aussi parfums discrets et délicats de bisous, de mots tendres, de caresses qui chatouillent et de rêves encore accrochés à l’oreiller….C’est dans un autre filet, tout petit, que Buttercup capture ces petits trésors pour les garder au chaud sous son bonnet. Mais que fait-il donc de ces parfums si rares et précieux me direz-vous ? Si je vous dis que notre héros est aussi jardinier, un peu magicien, et qu’il s’adjoint (paraît-il) parfois les services de sa célèbre cousine, cela vous aide-t-il? Je laisse donc planer un mystère parfumé sur la suite des aventures de notre sympathique lutin, une histoire emplie de douceur, de brises odorantes et surtout, surtout….d’Amour ! Comment vous décrire, sans en froisser la beauté, la délicatesse des images de cet adorable ouvrage ? Comment vous présenter Buttercup et son univers sans en dénaturer la musique et la poésie des mots de l’auteur ? Difficile exercice….Je vous laisse plutôt découvrir ce petit bijou aux textes et illustrations sublimes. Comme toujours avec les créations de Lili Pissenlit et Barbara Brun, amour, douceur et humour sont au rendez-vous, pour les lutins dès 7 ans…et pour les sorciers confirmés ! wink

A respirer, dévorer, admirer, écouter et lire, lire, lire….sans modération.

 

Bonne lecture !

Ingrid Descamps-DeGraeve


image de l'article

Lorsque Charlotte, jeune comptable fraîchement embauchée et harcelée par un collègue disons… « indélicat », vient en aide au petit Elias, réfugié au pied de son immeuble, transi par la pluie, elle est loin d’imaginer que sa vie vient de prendre un tournant improbable, que tout vient de changer pour toujours… Le petit garçon, attachant mais aux propos incohérents (croit-elle), lui parle alors pêle-mêle de créatures de l’Ombre, de tueurs à gages, de pouvoirs surnaturels… notre jeune et bienveillante héroïne pense d’abord devoir signaler ce jeune fugueur aux services sociaux. Jusqu’à ce qu’une beauté irréelle toute en muscles et yeux turquoises se matérialise subitement dans son salon en la personne d’Adam, grand frère du jeune égaré. Il corrobore les propos d’Elias avec force, détails et preuves à l’appui. Charlotte ne peut alors que se rendre à l’évidence : elle vient d’entrer de plein pied dans l’univers des Princes Scorpi, dignes descendants d’une noble et illustre lignée de tueurs à gages, oeuvrant pour le bien de notre Monde en éliminant les êtres malfaisants qui le peuplent. Voici une série qui mérite d’être directement catapultée dans le top 5 de votre Panthéon de littérature fantastique. Un « page turner » extrêmement addictif où action, mystère, humour et sentiments se mélangent avec bonheur sous la plume pleine de fantaisie et de gaieté de Roxane Dambre. On ne s’ennuie pas une seconde, mieux...les trois volumes défilent trop vite ! Entre Charlotte et ses amis humains, sa nouvelle famille surnaturelle et les habitants du Manoir Scorpi, les dangereuses créatures et les dangers qui guettent…l’éventail de personnages est vaste et ravit vraiment le lecteur. Pour la petite comptable (que l’on croit) insignifiante, la rencontre avec cet univers fantastique est un véritable choc qu’elle ne se prive pas de commenter avec verve et un humour décapant, pour notre plus grand plaisir. Laissez-vous entraîner dans les aventures de Charlotte et de son fiancé pour le moins…atypique. Un monde peuplé de créatures qui illustrent à merveille ce vieil adage selon lequel il ne faut jamais se fier aux apparences, surtout lorsque notre route croise celle de jardiniers débonnaires, de domestiques aux queues de serpents et d’une grosse cuisinière à tresses blondes ! (vous comprendrez...)

Bonne lecture !

Ingrid Descamps-DeGraeve


Les petits doigts qui dansent Haut de page
image de l'article

Attention, petit bonheur de lecture en approche ! Ou plutôt, beaux moments d’éveil, de sourires et de partage avec les bouts d’chou. Prenons le temps de nous installer avec bébé, coussins, tapis, doudous et musique douce. L’excellente Claire Zucchelli-Romer, déjà auteur du sublime « Souffle ! », disponible dans votre bibliothèque préférée, nous offre ici un vrai bijou de douceur, d’intelligence et d’imagination, destiné aux pitchounes dès 1 an. Dans cet album cartonné coloré comme une friandise, le lecteur propose à son jeune auditoire de faire danser ses petits doigts ! Oui ! Oui ! Grâce aux ingénieuses et amusantes rainures et formes tracées à même l’épaisseur des pages, « Petit Doigt Droit » et « Petit Doigt Gauche » vont tour à tour sauter, se suivre, se croiser, parcourir des zigs-zags ou des spirales, entrer dans une véritable danse rythmée par les instructions courtes et rigolotes de l’auteur. Lecture et jeu se mélangent et s’harmonisent, comme les couleurs pastel et fluo des chemins empruntés par les petits index, héros de l’histoire. Album ludique et joyeux, il est aussi un très bon outil d’éveil à la motricité et au repérage dans l’espace. C’est frais, original et bigrement amusant. Un beau petit livre génial qui a tout bon !

Bonne lecture ! Ingrid Descamps-DeGraeve 


Le souper des maléfices Haut de page
image de l'article

Vous prendrez bien une petite collation ? Un émincé de palourdes en beignets ? Une cuissette de pich-comtesse et son sablé d’échalote avec sorbet de chanvre vert ? Une crème de chibouste de navet peut-être ? Non ? Vraiment ? Si la faim ne vous tenaille pas encore, régalez-vous néanmoins à la lecture de ce truculent et irrésistible roman signé Christophe Arleston (oui oui, le « papa » de Lanfeust de Troy, c’est bien lui !). Voyez plutôt : une société un peu fantasque médiévalo-fantastico-improbable, plus ou moins régie par pléthore de Ducs, Monseigneurs, Guerriers et commerçants de tous poils. Tentant de veiller au mieux sur tout ce petit monde, le très honorable et futé dynarque Ib Morkedaï, va faire appel à une drôle et intrépide espionne, la jeune et jolie (tant qu’à faire) Zéphyrelle, courageuse et bavarde, robuste comme un soldat et mutine comme une damoiselle. Ses « collègues », les autres agents un peu spéciaux de Slarance, ont tous été assassinés (rien que ça) et son supérieur lui confie la dangereuse mission de résoudre cette enquête au péril de sa vie…et de sa ligne. Car, oui patience, j’y arrive, la route semée d’embûches (et de petits pains fourrés) de la donzelle va croiser celle de l’adorable et hautement qualifié cuisinier Fanalpe, jeune homme charmant (lui aussi, ben voyons) et dévoué au service du ventripotent et grassement couard Plucharmoy de Jaluse. Ce dernier se désespère derrière les quintaux huileux de son visage lunaire, car les meilleures céréales du pays viennent à manquer, voire à disparaître. Sans ce crucial ingrédient, comment contenter son exigeant palais ? Fanalpe part en quête de ce Graal culinaire, heurtant de plein fouet la finaude Zéphyrelle, dont la propre mission ne sera peut-être pas si éloignée de celle du maître des fourneaux… Echauffez bien vos zygomatiques et votre amour du fantastique car ce roman-là ne leur laissera aucun répit. On se contorsionne autant de rire que d’impatience en suivant les aventures de Zéphyrelle et Fanalpe. Il faudrait bien plus qu’un article pour rendre justice à la richesse des personnages de cet incroyable univers, leur allure, leurs petites manies, leur caractère, leur langage parfois fleuri mais jamais grossier et toujours fin et hilarant. Ne vous méprenez pas, sous ces habits de rire et de bonne humeur se cache une réelle intrigue menée tambour battant, tout en suspens, coups de théâtre et scène inoubliables. Il y a du Kaamelot dans ce monde-là, et Diable ce que cela peut faire du bien ! Le talent d’Arleston que l’on ne présente plus grâce à la série des Lanfeust trouve ici un tout nouvel écrin grâce à ce roman (son tout premier). Immergez-vous, que dis-je, plongez avec délectation et gourmandise dans ce monde plein de surprises et de douce folie. Et point d’indigestion avec ce génial souper, mais bien une vivifiante et délicieuse abondance de fous-rires !

Bon appétit….heu…bonne lecture ! (enfin…comme vous voudrez !)

Ingrid Descamps-DeGraeve


La maison des hautes falaises Haut de page
image de l'article

Lex, journaliste à Sydney, a eu un drame dans sa vie. Sa petite fille est décédée de la mort subite du nourrisson. Sa femme l'en rend responsable. Le couple s'effondre. Il décide de tout quitter, et part pour Wallace Point, un petit village paumé de la côte australienne, où vit une petite communauté : des croyants, des non-croyants, des gens généreux mais curieux, avec une mentalité étriquée de villageois.
Lex va petit à petit remonter la pente, faire la connaissance des autochtones, une jeune femme en particulier, Callista marquée également par les drames de la vie et qui vivote de sa peinture pour touristes. Il va aussi tomber d'émerveillement pour les baleines à bosse dont la route migratoire longe la côte, et découvrir le secret de cette communauté.
 On sent l’Australie, le soleil, le sable de la plage, les embruns des vagues, les odeurs d'eucalyptus. On a l'impression de vivre au sein de cette communauté, et de côtoyer les baleines.
C'est un roman d'une grande sensualité, plein d'émotions et de sentiments, de personnages touchants

Bonne lecture.

Martine WISSOCQ

Bibliothécaire à Calais


Le fantôme du cirque d'hiver Haut de page
image de l'article

Dino, un perroquet aux allures de pirate, survole comme une fusée la piste d’un célèbre cirque. Il cherche son ami Spirit, un petit singe savant féru de littérature, pour lui annoncer une nouvelle de taille : il a vu un fantôme ! Face à l’incrédulité du primate, Dino le vaillant volatile (au caractère de cochon) décide d’entraîner Spirit dans une enquête palpitante et d’interroger tous leurs amis animaux. C’est ainsi que le lecteur visite, page après page, l’envers du décor du fameux Cirque d’Hiver Bouglione, de sa piste aux coulisses, des écuries aux couloirs. A travers les témoignages de ces artistes de tous poils et plumes, nos deux compères reconstituent peu à peu le puzzle des indices. Leurs investigations cocasses, teintées de chamailleries et de répliques amusantes les mènent jusqu’à l’heure où le spectacle commence…..Alors, fantôme ou pas ? Alternant les voix de Dino et Spirit, l’histoire nous permet de (re)découvrir l’univers du cirque, ses animaux, ses artistes, ses couleurs, ses lumières. Tout comme ils l’avaient fait pour le sublime album « Rose et l’automate de l’Opéra » où ils invitaient les lecteurs dans le monde enchanteur de l’Opéra Garnier, Bernard et Roca nous immergent ici dans l’ambiance chamarrée de l’illustre Cirque d’Hiver. Ils restent fidèles à leurs textes magnifiques et à leurs admirables illustrations où la douceur des lumières n’a d’égales que la finesse et l’élégance des couleurs. Chacune des images mériterait d’orner une toile, tant les graphismes et les mises en scène relèvent réellement de l’œuvre d’Art. Enfin, pour satisfaire encore notre curiosité forcément éveillée par cette aventure pleine de magie, l’album se conclue par un panorama historique du Cirque d’Hiver, évoquant les grandes pages de son histoire, des anecdotes, les artistes qui ont illuminé sa célèbre piste… Et le fantôme me direz-vous ? Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler la fin de l’histoire, car je soupçonne fort Dino et Spirit d’être capables, magie oblige, de s’évader de leurs pages pour venir me disputer !!

Bonne lecture !

Ingrid Descamps-Degraeve

Bibliothécaire à Somain


Le royaume de minuit Haut de page
image de l'article

Achille est élève dans une école un peu particulière où chaque enfant présente un « petit quelque chose » qui le différencie des autres : plus lents, plus rapides, extravertis, mutiques…Achille lui est espiègle, spécialiste des bêtises, intenable souvent. Ce jour-là d’ailleurs, après avoir effrayé une fois de trop les tout-petits, il est puni par la maîtresse qui, excédée, lui demande d’aller se calmer un moment dans une pièce à part, un peu oubliée….Et c’est bien « oublié » qu’Achille va se retrouver, obligé de passer la nuit dans l’école, seul. Seul ? Pas vraiment. Car Massimo, son exact opposé, fils du Directeur, premier de la classe, discret et complexé, va venir se joindre à ses jeux. Pensez-donc, une grande école et tous ses trésors pour eux tout seuls ! Et Massimo, le petit garçon introverti, un peu rond, va entrer dans l’univers fantasque, improbable et délicieusement rebelle du Roi Achille, monarque courageux du Royaume de Minuit. A eux l’armoire des objets confisqués, les peintures de la salle d’Arts Plastiques, les duels avec l’incontournable Oscar de la salle des sciences….Jusqu’à une incroyable et effrayante aventure qui révèlera à Massimo combien son nouvel ami peut être loin de l’image du cancre irrespectueux que l’on imagine. Une histoire, vous l’aurez compris, qui fait la part belle à l’amitié, à l’acceptation de l’autre et donne un joli coup de pied aux préjugés. Entre humour et tendresse, action et mystère, ce très bel album (à conseiller aux jeunes lecteurs dès 9 ans) est aussi agréable à lire à haute voix qu’à dévorer seul, presque comme un roman. Des illustrations « à la gouache, comme les enfants » (dixit l’auteur lui-même) vives et pleines de lumière, un clin d’œil à l’architecture des années 50, une forêt omniprésente, des perspectives savamment étudiées, des jeux d’ombres comme des papiers découpés…tout dans cet ouvrage contribue à proposer aux lecteurs un magnifique voyage dans l’univers d’Achille et son ami.

Bonne lecture !

Ingrid Descamps-DeGraeve


La grotte des animaux qui dansent Haut de page
image de l'article

Préparez-vous à faire un prodigieux bond dans le passé…

Nous voilà il y a – 36000 ans, propulsés au sein de la famille de la petite Flime et de son grand frère Thaïm, dignes représentants des Homo Sapiens. Flime nous
raconte la tribu, son gigantesque Papa chasseur « plus énorme que l’ours des cavernes, plus rugissant que le grand lion aux longues dents », sa maman et les
plantes qui soignent, les danses dans les flammes…Elle nous raconte aussi ce grand frère tant aimé, devenu sombre et silencieux après qu’un rude hiver ait gelé sa
main. Considéré comme faible depuis lors, exclu du groupe des hommes qui défendent la tribu, le jeune homme semble cacher un secret que son intrépide petite sœur
entend bien découvrir. Lorsqu’elle le suit (plus ou moins discrètement !) aux aurores, entre les arbres, dans la montagne, au cœur d’une immense et impressionnante
grotte, elle est loin d’imaginer les merveilles qui l’attendent grâce à Thaïm et son univers…
En mariant avec bonheur personnages fictifs et patrimoine historique bien réel, les auteurs de cet album documentaire réussissent avec brio à ramener à la vie tout
un monde disparu depuis des milliers d’années.S’inspirant de l’art pariétal de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, ils entraînent les lecteurs (dès 7 ans) dans le quotidien rude
et malgré tout plein de poésie et de magie des hommes du paléolithique. Les coups de pinceaux vibrants et lumineux des illustrations restituent avec force la nature
sauvage et souvent hostile dans laquelle évoluaient les tribus. Le parti pris graphique adopté pour Flime, Thaïm et leurs parents, presque naïf, les rend touchants et
traduit parfaitement la fragilité des hommes face aux dangers de leur environnement, mais montre aussi l’ingéniosité qu’ils savaient déployer pour s’intégrer à cette
nature sauvage mais pleine de trésors. Un voyage magnifique et passionnant pour (re)découvrir les chefs-d’œuvre de cette grotte…..où l’on réalise à quel point nous
avons encore décidément bien des leçons à tirer du talent et du courage de nos lointains ancêtres.

                                                                                                                                                                                      Ingrid Descamps-DeGraeve


« Le cri » de Nicolas Beuglet aux éditions XO Haut de page
image de l'article

L'inspectrice Sarah Geringën est appelée en urgence à l'hôpital psychiatrique de Gaustad à Oslo pour un meurtre assez spécial. Tout ressemble à un suicide et pourtant Sarah va devoir prouver qu'il s'agit bien d'un meurtre, malgré ce que raconte le personnel hospitalier… Plusieurs énigmes s'offrent à elle : quel est donc ce terrible cri que la victime a poussé avant de mourir ? Comment est-il mort ? Qui est-il ? Cette affaire va l'amener plus loin que ce qu'elle aurait imaginé...

 

Ce roman policier a tout du bon thriller !

Tout commence par un meurtre déguisé en suicide. Et à partir de là, les questions se succèdent et s'accumulent : pourquoi a-t-on voulu faire croire à un suicide ? Que cache-t-on ? Qui est la victime ? Pourquoi y-a-t-il une inscription sur son front ? ... Et j'en passe !

A ces questions, Sarah est amenée à devoir y répondre grâce à une enquête pas comme les autres qui l'oblige à voyager et à creuser toujours plus loin. Même si tout ne semble pas forcément très crédible, le lecteur avance tête baissé dans sa lecture, notamment grâce aux nombreux rebondissements que nous offre l'auteur.

 

Vous l'aurez compris, on ne s'ennuie pas car l'auteur parvient à capter notre attention du début à la fin. On y apprend également plein de choses intéressantes.

 

Bref, si vous avez envie d’une enquête qui déménage, lancez-vous dans « Le cri » !

Elise Deschamps


Le Chant des Runes Haut de page
image de l'article

Stockholm, Suède Février 2016. Anna, jeune chanteuse participant à une célèbre émission de télévision, disparaît mystérieusement juste avant le show. Dans sa loge, de sibyllines inscriptions ensanglantées tapissent les murs...

La brillante inspectrice Eva Sundström est chargée de l’enquête. Une deuxième jeune artiste, concurrente de la première, en lice pour le grand prix musical de l’année, est enlevée dans les mêmes circonstances. On pourrait croire à une sordide histoire de jalousie, de gros intérêts financiers entre producteurs ou même à un coup de pub monté pour « faire le buzz ». Mais Eva fait bientôt identifier ces étranges signes qui se révèlent être des runes anciens, issus des traditions et folklores vikings. Sa route croise celle de Josef Wörg, archéologue qui va l’entraîner dans les contrées reculées des esprits et de la mythologie. Et lorsque le corps d’Anna est retrouvé, horriblement sacrifié selon des rites nordiques ancestraux et surnaturels, Eva comprend qu’elle vient de franchir la frontière entre notre monde et un autre beaucoup plus sombre…

Avec ses images réalistes et coupées façon story-board, ses lumières froides et ses personnages plus vrais que nature, cette BD coup de cœur (à réserver aux lecteurs adultes) nous plonge dans une enquête passionnante et inquiétante à souhait. Un vrai scénario de polar fantastique qui n’est pas sans rappeler de grands noms comme Camilla Läckberg ou encore Franck Thilliez. Une subtile progression vers l’impensable, des personnages admirablement (re)présentés, tout s’enchaîne et s’harmonise pour former une histoire prenante, finement écrite, aux dialogues percutants et aux images magnifiques. Tueur en série ? Monstre issu des abîmes vikings ? Le lecteur est tenu en haleine et les auteurs ménagent le suspens d’une main de maître. Fans de polars et de BD, ce petit bijou n’attend plus que vous !

 

Bonne lecture !

 

Ingrid Descamps-Degraeve 


Le Gardien de l'Arbre - Canopé Editions Haut de page
image de l'article

Dans un pays aux douces couleurs d’or et de feuillages, le jeune Djalil se rend comme souvent, en secret, chez la vieille et sage Minoa. Pour certains, elle n’est qu’une folle qui parle aux arbres, pour d’autres c’est une sorcière. Faisant fi de ces ragots, Djalil aime ces moments pleins de découvertes et de belles histoires.  Car à chacune de ses visites, le jeune homme choisit une boîte parmi toutes celles de son amie, y découvre une graine chaque fois différente et laisse la magie des récits de Minoa l’emporter de pays en pays, d’arbres en arbres. Mais cette fois, la boîte que lui tend la vieille dame contient la plus grande et grosse graine qu’il ait jamais vue. Plus grand encore est son étonnement lorsque Minoa lui apprend que l’arbre qui naîtra de cette graine….n’existe pas ! Protégé du monde tant qu’il est dans sa graine, cet arbre unique aura besoin de soins, d’attention et de la vigilance de son gardien. C’est cette tâche que Minoa assigne à Djalil. Avant de planter cette graine, Djalil apprit à chasser pour protéger le futur arbre des prédateurs, dressa un faucon pour l’aider dans sa mission, choisit un endroit calme et isolé pour le tenir éloigné de la fureur des hommes, préleva l’eau la plus pure pour arroser la graine fraîchement plantée. L’arbre poussa d’une étrange et merveilleuse façon, et Djalil comprit pourquoi il avait été choisi pour être son gardien…

Quels fruits merveilleux naîtront des branches de l’arbre ? Pourquoi sont-ils uniques et si précieux ? Quelle destinée extraordinaire attend le jeune Djalil ?

Pour trouver les réponses à ces questions, il vous faudra évidemment vous immerger dans cet album juste magnifique, mais ce sera un voyage fabuleux, bercé des ors des mosaïques de Gustav Klimt, dont l’histoire et les illustrations s’inspirent. Fidèle aux autres titres de cette formidable collection (rappelez-vous « Petit Noun »), cet album allie avec élégance et finesse l’univers du célèbre artiste autrichien et une atmosphère envoûtante digne des Mille et Une Nuits. Si l’on retrouve avec bonheur le faucon, le couple enlacé, les couleurs chaudes et le graphisme de la célèbre œuvre «  Carton d’étude pour la mosaïque murale de la salle à manger du Palais Stoclet » (1905-1909) de Klimt, les auteurs ont su, avec finesse et sans jamais dénaturer la qualité de l’œuvre  inspiratrice, insuffler une autre vie à cette scène, y ajouter des personnages, une histoire, des sentiments, de l’évasion. Car il s’agit bien d’un vrai voyage, lumineux et haletant, à savourer du regard ou à lire aux plus jeunes, tel un conte.

Ingrid Descamps-DeGraeve

 

 

 


Dad - Editions Dupuis Haut de page
image de l'article

Lessives, devoirs d’école, courses, couches à changer et crises d’ados à gérer….Non, ce joyeux emploi du temps n’est pas le planning d’une Maman débordée, mais bien celui…..d’un Papa ! Père célibataire jonglant du mieux qu’il peut entre ses quatre filles, « Dad », comédien toujours en quête du casting qui changera sa vie, déploie des trésors d’ingéniosité pour satisfaire ses princesses. Pandora, l’étudiante brillante, future énarque en puissance, Roxane, le garçon manqué, Ondine, la lolita fashion-victim et Bébérénice la (toute) petite dernière, s’emploient à parsemer le quotidien de leur papa adoré de linge sale, gentilles moqueries, chagrins d’amour, questions désarmantes et situations improbables. Fous-rires garantis !! Si les mamans restent néanmoins présentes dans l’histoire (quatre filles, quatre mamans J ), elles sont overbookées, carriéristes, et ont laissé la garde de leur progéniture à l’heureux papa. C’est donc avec tendresse et le sourire aux lèvres que l’on suit les tribulations de « Super Dad » à travers les méandres des pensions alimentaires, des expéditions (plus ou moins) secrètes pour lire le journal intime d’Ondine et de ses tentatives pour séduire la jolie doctoresse. Les flashs-backs qui nous font petit à petit découvrir son enfance et ses histoires d’amour permettent au lecteur d’en savoir un peu plus sur cet adorable acteur pas très « bankable », prêt à tout pour le bonheur de son exigeante progéniture. A chaque page des gags, des remarques pétillantes, des scènes hilarantes ou touchantes. Ces journées de papa bien remplies deviennent vite addictive pour le lecteur car souvent familières pour quiconque partage le quotidien d’enfants des années 2000.

C’est aussi cette habileté de l’auteur à distiller, de-ci de-là des moments qui parlent aux parents, qui rend cette bande dessinée si attachante. On ne se contente pas de rire aux éclats devant les facéties de filles ou les mésaventures de leur papa….on s’y retrouve aussi ! Les quadras retrouveront sans doute avec tendresse des petits clins d’œil à la célèbre série «Papa Poule », et les plus jeunes ne pourront que s’amuser des scènes hilarantes où « Dad » tente désespérément de « faire jeune » et « rester branché » sous le regard moqueur mais attendri de ses filles. Aaaah… quand elles auront son âge…Aaaah…quand il avait leur âge…Une bande dessinée adorable, tendre, aux graphismes joyeux et ensoleillés...et surtout drôle! A dévorer sans modération…surtout par les papas ! (non messieurs, vous ne lirez pas le journal intime de votre fille…non mais:-)