x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

La politique restauration

 

LILLE
HELLEMMES 

MENUS

RETOUR


La gestion des restaurants du Comité d’Etablissement repose sur plusieurs principes généraux, notamment la volonté de proposer des menus de qualité, variés et équilibrés; répondant de manière stricte aux normes d’hygiène.



 
 

La responsabilité du CE

La restauration des cheminots est une responsabilité qui incombe de façon exclusive à la SNCF.
En effet, la loi interdit à tout salarié de prendre son repas dans son bureau, son atelier ou tout autre lieu affecté au travail. L’employeur a donc l’obligation de mettre en œuvre des mesures afin que les salariés puissent se restaurer.
Dans ce sens, la SNCF a ainsi instauré des restaurants d’entreprise, dont elle a confié la gestion technique au CE en 1986. Il s’agit d’un simple « transfert de gestion » d’équipements.
Néanmoins, l’obligation et la responsabilité en matière de restauration, c'est-à-dire la politique générale en matière de restauration des salariés relève -toujours et encore- de l’employeur qu’est la SNCF.
Par voie de conséquence, le CE n’a aucune légitimité pour développer des mesures sur des politiques qui ne relèvent pas de sa responsabilité.
En outre, en matière de restauration, il ne dispose ni d’aucune prérogative spécifique ni de moyens dédiés lui permettant de mettre en place d’autres dispositions que la mission que lui a confié la SNCF en matière de restauration : « assurer la gestion technique des restaurants ».
En ce sens, seul l’employeur est à même de mettre en œuvre d’autres mesures liées à la politique générale de restauration de ses salariés. La SNCF est donc la seule à pouvoir apporter une réponse à la revendication salariale autour des tickets-repas. Libre ensuite à l’employeur SNCF de déléguer la gestion de ce type de dispositif en attribuant les moyens à l’opérateur de son choix.

La politique générale

Par ailleurs la SNCF doit, par son organisation, faciliter l’accès des cheminots à la restauration, comme elle s’y est engagée dans le protocole d’accord de 2000.
Le Comité d’Etablissement des Cheminots du Nord-Pas-de-Calais a la volonté de modifier l’approvisionnement en denrée des restaurants et de s’adresser à des filières biologiques ou des producteurs locaux.
A partir de ces initiatives, certes modestes, le projet de restauration collective sera compatible avec les objectifs du Grenelle de l’environnement en allant au-delà des 20% de produits issus de l’agriculture biologique. Un budget spécifique est prévu  pour que les gérants aient les moyens de développer ces ambitions sans pour autant augmenter la facture du cheminot.
En outre, selon les recommandations des nutritionnistes, il sera proposé chaque jour dans les restaurants d’entreprise :
  • un plat de poisson (à minima) ;
  • un accompagnement de légumes verts (à minima) ;
  • une variété quotidienne et renouvelée d’accompagnement et de crudités ;
  • du pain complet ou aux céréales ;
  • des fruits vendus à prix coûtants.
Enfin, dans un souci permanent de sécurité alimentaire et d’hygiène au sein de nos établissements, les équipes de restaurations seront formés régulièrement au respect et à l’application stricte des normes HACCP.
En outre les restaurants sont soumis à un plan de prévention sanitaire.

L’hygiène et la sécurité alimentaire
Le CE est particulièrement soucieux du respect des normes d’hygiène au sein de ses deux restaurants d’entreprise.
Outre les plans de prévention sanitaire et les formations suivies de façon régulière par le personnel sur le sujet, le comité d’établissement a missionné le laboratoire ALPA (ex- Institut Pasteur).
Ce dernier effectue des contrôles inopinés mensuels (ponction sur les denrées, les outils de travail, les surfaces de travail…) puis établit plusieurs analyses microbiologiques. Les résultats sont ensuite affichés dans chacun des restaurants.
Cette démarche volontariste atteste du sérieux et de l’engagement du CE en faveur de la sécurité alimentaire.

Haut de page